45 —

ici on appose brève
du d’un geste l’ombre toute une
et d’elle cela respire
delà ce que les mots nomment

la couleur attend reprend patiente
delà ouverte à ce qui dénoue ce qui se dénoue
— le temps se délite la roche intense
et déjà ses copeaux flambent

la lente tombée des jours
fait retour aux souffles nus
la même injonction un même dessein anime

la main la nuée des astres
loin quel feu premier éclaire
un le rêve la nuit où les pas s’effacent. se perdent

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :