41 —

sans que rien ne soit ici
trace  tangible du geste
ni d’un passage l’autre  erre
deux ombres s’éloignent nettes

de chacun de leurs pas tout
un outreciel s’ouvre bleu
et puis autre — la lumière efface
les pas et leur chemin nu

à l’amont iridescent 
la forme d’un cristal noir
ouvre l’opale des rêves
et c’est toute la nuit grande

ouverte d’un seul trait fin
ô l’absente — comme une orbe un vol trait
est — toute à former l’éclair
l’aube même d’inconnaître.
sous les noirs l’inconnu est.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :