36.

des îles s’élèvent
que bat l’océan
la roche arasée
abrite des feux

pauvres éphémères
parmi la nuit toute
ici devenir
d’un souffle les voix

d’airain — l’outre monde
perce l’horizon
ces blocs de granit

– l’éternelle lande
parcourue de signes
qu’agitent le vent.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :