33.

tout un à ce que
le geste de peindre
soit son propre nombre
et sans fin risqué

delà la limite
de toute lumière
on laisse la main
chercher où la voix

sans cesse commence
sans cesse reprend
un chant éloigné

et la nuit des arbres
apaise les eaux
embrasées de ciels.  du loin.
vives à jamais.

 

L9992247

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :