31.

des cieux désertés
l’acier inflexible
des cieux désertés
et plus tard la foudre
tenue des nuées

d’aucune main rien
ici n’a demeure
qu’au loin des jetées
et le souffle ploie
que l’herbe ployée
d’un souffle

l’arène que forgent
la coulée des sables
le vent insurgé

au jour de l’estran
toute forme roule
la vague comme une.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :