27.

entends comme toute une
la nuit ici aborde
et ce qu’elle est ne peut
à même rien déferler des formes

ni des voix qui s’endorment
éphémères autour
de la flamme laissée
vive pour une aurore

au plus commun des riens
quelques copeaux de hêtre
des lichens des brindilles

pour que l’âtre s’éclaire l’ombre s’embrase
des gestes très anciens
humbles d’être — rien autre.  ceux-là.
— la glace ne mord pas
emporter ni défaire

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :