26.

on entend gronder loin
la marée d’équinoxe
la nuée du visible
et le fleuve emporté

 

et dehors c’est déjà
à l’enclume des nuits toute
— des branches mortes craquent
tout auprès dans l’âtre des demeures

 

ce peu de feu éclaire  de  du sens paraît
ce   —  peut être n’est-ce rien
va-t-il qu’écrire où l’ombre porte
d’écrire dans les ombres

comme_une sur le sable
elle sa propre cendre
— un oiseau de haut vol
rêve déjà le jour.
crie dans le bleu immense.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :