25.

du même geste calme
la main pose la flamme
au seuil qui est ici
ce bois rugueux noueux et sombre

on marche dans l’écho
d’une eau lustrale et claire fraîche
par quoi on vient laver
du corps toute fatigue

et puis ce sont des voix
–l’inconnu qu’on accueille
peut-être malgré lui des convives
l’inconnu qu’on accueille

eux lui qu’on n’attendait plus
le voici silencieux
autour auprès d’un feu de tourbe.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :