21.

pas à pas dans les ombres
le trop plein d’être encore
celui qui avance un
au passage du fleuve

et puis c’est l’estuaire
on l’atteint sans savoir
ce que derrière soi
le sable d’ici laisse

emporté lui aussi
comme un autre fétu
l’horizon sous le vent

le geste laissé libre
se recueille où s’élève s’égare toute chute
le geste laissé libre
le silence des voix.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :