19.

la nuit et l’aurore unes
comme advenues ici  plus loin
que devenir ou être
parmi soit entre les mots — rien cela

entre au — un blanc —  tout l’éphémère
vient se délier — le souffle l’écume
déferle excède sans retour
au le monde qu’est l’   ses errances

une voix nue retrouve
la voix retrouve un appelle au simple
ou s’est-elle perdue où elle va se perdre
— la fabrique des mondes

l’aurore et puis la nuit
— et les étoiles filent
l’aile de tout dessein.

 

L9992270

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :