18.

les arbres du — ce loin
au bout de la plaine
— qu’étaient-ils avant
d’être sous nos mains

la foudre que touchent
là haut ces rameaux
— la nuée éparse —
démêle le temps

le contrejour seul
sourd éclaire l’ombre
encore le jour d’une aube

cela ne peut être
rien sinon le fleuve
— la vie continue.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :