14.

de longtemps le navire
son erre ne sont plus
— se peut-il que ces bris
à la laisse des mers

ces amas sans nom nus
sous l’écume se défont sous l’écume
— à jamais le dessein
est perdu — on revient  retrouvé

à l’origine même
— le geste rêve un pas
que seul il ne franchit

au lointain du connaître
— le passage des proues
— un visage insondable.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :