12.

de passage à jamais
là-bas dans le haut bleu
d’où germent les nuages
et peut-être la pluie

de comètes d’étoiles
celles qu’on ne saurait
voir ni même rêver
quelqu’un qu’on ne sait marche

son geste ne se tourne
pas vers qui le regarde
on dirait qu’il s’efface

sans jamais cesser d’être
l’un de ceux par qui tout
s’anime – l’invisible.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :