9 –

L9992250

 

une chute d’eau — un rideau
d’arbres — la bruyère et la lande
rase buissonnantes  de voix
revenues — enflamme l’espace s’enflamme

et le sans fin n’est pas le jour
ni même l’horizon des mers
ici désertées amuies
— le vent enveloppe et érode survole

cela qui l’informe  du sable déporte déligne
une ombre —  l’estran à jamais
parcouru s’érige d’être le mouvant

un devenir ajoure l’un
laisse insaisissable le vivre l’insaisissable de paraître
sans même ce rien qui se rêve.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :