8.

renverses — l’ombre la lumière
le souffle des nuées — le bleu

un aplat où vole l’oiseau
libère de l’encre sans dessein cette eau

l’or des feuillages l’écume une
passent la matière vouée

aux fractales de dire l’un
le geste plein va se délier

on entre varetendre les cordes se rompent
le navire d’être s’éloigne

ô lui d’un chant lointain la proue
ô lui l’errant des horizons

se peut-il qu’une ombre l’accueille
aux sables d’inconnaître — un seuil.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :