7.

quelle eau ici s’ouvre une
au multiple des pas
elle outre où la couleur

incarne le brasier

la forge des étoiles
vient luire et reformer

le songe  —  ces reflets
—  toute une impermanence

—  la source que l’on vient
entendre pour son chant

sous la nuit le silence
le vaciller de flammes

brèves — traversées — nues
—  où les mots ne sont plus

une lumière rêve
la terre où nous errons.

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :