1.

L9992247

le chœur sombre
une brume et le feu
laissés uns et vifs

sur l’eau vide

tous les ors du soir
d’avancer la nuit constellée
l’inconnu de dire

et le chant tout
brûle sous le geste
la terre vouée

ocre sans visage

tourne le dos
là-bas elle va on va
à l’empan du cinabre
entrouvrir le noir
des cieux enfants

où le jour cataracte.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :